Latillé Actualités

latilleactualites.com

Site gratuit d'informations générales à tendances satirique,  ironique et socratique

6 rue de la Verminette - 86190 Latillé - France/NA/PCH

05.49.51.95.57 et 06.37.20.53.81

courriel : phrivi@hotmail.com

 

Latille 100819 4

Latillé/86190/F/NA/PCH - L'entrée de Latillé en arrivant de Chiré-en-Montreuil sur l'avenue du Poitou. Dommage que la statue de la Vierge et l'Enfant soit tombée dans le panneau !

 

"LATILLÉ ACTUALITÉS"

est

MEMBRE

Safe image 49

« On est responsable, non seulement de ce que l'on fait, mais de ce qu'on a laissé faire. » Anonyme

 

Humour gabin

 

 

 

LES BUTS DE SAINT-CYBARD

Pénalties à l'église

 

Mardi 29 mai 2018

 

NOUS AVIONS 10 ANS, et un ballon de foot suffisait à notre bonheur. Ça nous occupait tout l'après-midi du jeudi, jour de repos scolaire, et ça nous accaparait une bonne partie du temps de nos petites vacances. En ce temps-là, les terrains de foot ne manquaient pas et, contrairement à la logique, ce n'était pas le stade municipal qui nous accueillait le plus souvent. Dieu sait que nous y aurions pourtant été tranquilles ! Vous allez voir.

Un de ces jours où l'Éducation nationale nous épargnait les dictées, la grammaire, le vocabulaire, les récitations, les mathématiques, entre autres, un des ces jours donc, nous convoitâmes la place de l'église pour un match auto-arbitré et un goal neutre -en principe. Ce dernier était chargé de stopper les tirs de chaque équipe et n'allez pas croire qu'il favorisait l'un ou l'autre camp. Mon œil ! La longueur de sa "cage" était représentée par l'espace de deux des murs boutants de l'église. La barre transversale était imaginaire et à l'appréciation du gardien de but qui était le seul et unique juge en la matière. Et heureusement que les vitraux étaient protégés !...

La place était empierrée et nous avions le droit de faire le tour des marronniers pour donner plus d'efficacité à nos dribbles. Il y avait des abus, bien sûr, et les arrêts de jeu étaient fréquents. De palabres en défis de petits coqs, le jeu reprenait quand même. Certains boîtaient bas mais nous étions des HOMMES ! Pas un de nous ne chialait pour un genou ou un coude écorché à vif. Le blessé  protégeait sa blessure en nouant son mouchoir autour et les 3 contre 3, ou plus, se poursuivaient dans le plus grand désordre agrémenté des coups de gueule d'une meute de roquets courant après un ballon. Latille autour de l eglise 12 1

Le suspens fut à son comble lorsque la partie s'arrêta sur un score de parité. Il fallut donc départager les équipes par les pénalties. Il était interdit "d'allumer" le goal afin d'éviter toute blessure. La séance dura un très long moment car ce même goal faisait la pluie et le beau temps. Elle s'éternisa tellement qu'elle fut subitement interrompue par un véritable homme en noir. Un arbitre ? Non point. Mais Monsieur le curé en personne et en soutane qui, ce jour-là, assurait les confessions individuelles précédant les grandes fêtes religieuses carillonnées. Le prêtre et les paroissiens furent très patients, selon le rapport du père Loth, car il y avait un sacré moment qu'ils supportaient le bruit du ballon s'écrasant contre le mur de l'église. Saint-Cybard en a mangé des "pralines", suivant une expression très en vogue à l'époque pour les tirs (très ou trop, c'est selon) puissants.

Bref, les joueurs repartirent en jurant -tu parles !- qu'ils ne recommenceraient jamais ! La petite épicerie de Monsieur et Madame Mercier, située à deux passes courtes de là, leur tendait les bras et la patience de la brave Hélène était déjà un réconfort après l'effort et l’engueulade. Un coup de Pschitt orange ou citron bu sur les marches du calvaire et sous le regard "bienveillant" des vieilles bigotes d'en face que nous singions avec délectation quand bien même elles nous menaçaient de tout raconter à nos parents.

Comme nous ne reculions devant rien, nous retournâmes jouer au foot sur la place de l'église. Tant de fois qu'il est bien dommage que les buts inscrits n'aient pas été comptabilisés. Nous ne fûmes plus jamais expulsés. Soit parce que nous comprîmes la leçon. Soit parce que le brave Cybard nous inspira plus de réflexion. Il paraît que le saint patron de la paroisse protège Latillé des orages. Ce jour-là, nous en essuyâmes un beau ! Le premier et le dernier du père Loth. Sûr que de bonnes âmes ont du prier pour les drôles que nous étions.

Philippe R.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 29/05/2018