Latillé Actualités

Site gratuit d'informations générales à tendances satirique,  ironique et socratique

6 rue de la Verminette - 86190 Latillé - France/NA/PCH

Latille mairie facade 2

05.49.51.95.57 et 06.37.20.53.81

courriel : phrivi@hotmail.com

 

"LATILLÉ ACTUALITÉS"

est

MEMBRE

Safe image 49

Ventura boules 1

 

BILLET

Mardi 4 décembre 2018

 

Bonjour !

Moi

Philippe Rivière, manager

AH !  « Les gilets jaunes ! ». Il y a eu un avant, il y aura un après. Pendant, nous avons vu des scènes d'une rare violence urbaine, à Paris et ailleurs. Latillé est épargnée pour le moment...

Ah ! « Les gilets jaunes ! ». Il y a des pour, il y a des contre ! Par rapport à leur mouvement, je veux dire. Dimanche 2 décembre, un sondage en ligne réalisé par Harris Interactive auprès de 1 016 personnes a donné le résultat suivant :

° 72 % « soutiennent le mouvement »

° 23 % «  ne [le] soutiennent pas »

° 5 % sont indifférents.

Je vais essayer d'écrire un billet tous les jours. 

Écrire peut-être sur rien et peut-être sur tout.

Surtout sur Latillé. Généralement, l'inspiration vient sur le coup de 19 h.

Venez visiter "Latillé Actualités" vers cette heure-là pour savoir de quoi qu'il cause le gars Rivière. À plus tard...

L'Institut parisien de marketing et de sondages d'opinion relève également, sans surprise, « que 85 % désapprouvent le recours à la violence de certains manifestants. » Heureusement qu'une très large majorité dénonce cette violence. Mais, qu'en est-il de la « »violence psychologique » que font subir aux « derniers de cordée » des Français , depuis 40 ans, les chefs d'état et les gouvernements successifs ?

Oui, « la violence psychologique » existe quand le président de la République, M. Emmanuel Macron, dit : « vous n'avez qu'à travailler pour vous offrir un costume ».

Oui, « la violence psychologique » existe quand le président de la République, M. Emmanuel Macron, dit « qu'il suffit de traverser la rue pour trouver du travail ».

Oui, « la violence psychologique » existe quand un ministre affirme qu'il reconnaît un « bouseux » ou "pecnot" parce que ce dernier « fume des clopes et roule au gasoil ».

Tous ou presque sont devenus des « fous du roi » qui s'étonnent soudain de ne plus être respectés alors que, depuis très longtemps, ils ne respectent plus leurs « sujets ».

Tout ceci nous appelle à réfléchir et à ne faire ni des généralités ni des amalgames. Mais quand certains d'entre nous sont obligés de choisir entre se nourrir ou se loger, même lorsqu'ils ont une activité professionnelle, c'est qu'il y a un gros malaise.

Je le ressens ce malaise quand notre conseiller départemental, Benoît Coquelet, n'a même pas daigner répondre à un courriel que je lui ai adressé le 21 août dernier. Courriel pour venir en aide à une habitante de Latillé de 60 ans, que « La Vienne 86 » saigne depuis bientôt 3 ans. Pourquoi ? Parce que, ayant travaillé toute sa vie, et maintenant bénéficiaire du RSA, elle n'a pas déclaré quelque 20 000 euros placés sur un livret A qui représentent les économies qu'elle a faites au cours de sa longue carrière. Crime de lèse-majesté ! Punition pour les uns, impunité pour les autres et circulez y'a rien à voir ! Attention, DANGER. 

Dans ce cas-là, oui, face à M. Coquelet, qui n'en est pas à un mensonge près (lire par ailleurs), j'ai envie d'enfiler un gilet jaune. Un jour viendra où il descendra peut-être de son piédestal notre vice-président départemental. Je ne viendrai pas applaudir sa chute. Parce que je ne suis pas aussi méchant que lui et que je crois profondément en l'Homme.

A part ça, à Latillé, j'ai vu que l'avenue de La Rochelle et la rue de la Butte se sont dotées de beaux trottoirs, sécurité oblige sans doute, à leur croisement avec la rue du Calvaire. N'y aurait-il pas des élus qui habitent dans le coin ? N'allez pas leur dire qu'ils sont, à leur manière eux aussi, des « privilégiés ». Ils seraient capables de ne pas comprendre l’allusion et de se mettre à la tendance actuelle : jaunes de colère !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 27/12/2018