Latillé Actualités

Site gratuit d'informations générales à tendances satirique,  ironique et socratique

6 rue de la Verminette - 86190 Latillé - France

05.49.51.95.57 et 06.37.20.53.81

courriel : phrivi@hotmail.com

Article9

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L'HOMME

10expression

 

BILLET DU 12/01/19

 

Samedi 12 janvier 2019

 

LE TEMPS PASSE vite. Dans un an, nous serons à deux mois des élections municipales. Dans les grandes villes et les villes moyennes ça commence à bouger grave même si certains attendent de connaître le devenir des actions menées par le mouvement des "Gilets Jaunes", et la synthèse du grand débat national. Même les indiscrétions ont du mal à verser dans l'excès tant la défiance envers les "élites" est de plus en plus probante.

À Latillé, nous ne glanons que quelques bribes de rumeurs des conversations. Fusent des noms de têtes de listes, au pluriel parce que beaucoup d'interlocuteurs en prévoient 3 à 4, chacun y allant, et c'est heureux, de sa liberté de pensée. À ce rythme, le dialogue promet d'être riche et constructif. Il serait pourtant plus sage d'attendre plutôt que de tirer déjà des plans sur la comète.

Il est un constat qui prime cependant dans le bourg et les écarts : la violence et la haine atteignent des sommets inquiétants. Si même la paix et la tranquillité des petits villages sont remises en cause c'est que les édiles "des hautes sphères" sont globalement perçus de manière négative. Toutefois, le désamour est beaucoup moins entamé entre les élus municipaux et la population que ne l'est celui entre elle et les ministres, les sénateurs et les députés ainsi que les représentants régionaux et départementaux. Le rôle du maire et de ses pairs est plutôt respecté car la majorité de nos interlocuteurs a conscience de la difficulté de la mission de l'un et des autres. À cet égard, le capital sympathie est assuré par la proximité, le premier magistrat étant encore perçu comme l'interlocuteur le plus à même de comprendre voire de résoudre les difficultés et les problèmes des administrés. D'ailleurs, les scrutins municipaux sont ceux qui ont la cote la plus élevée c'est dire si l'approche locale a encore une valeur humaine.

Dans 14 mois, nous aurons rendez-vous avec notre destinée latiliacoise pour 6 ans.

D'ici là, bon dimanche, et à lundi si vous le voulez aussi.

Le temps passe vite. Dans un an, nous serons à deux mois des élections municipales. Dans les grandes villes et les villes moyennes ça commence à bouger grave même si certains attendent de connaître le devenir des actions menées par le mouvement des "Gilets Jaunes", et la synthèse du grand débat national. Même les indiscrétions ont du mal à verser dans l'excès tant la défiance envers les "élites" est de plus en plus probante.

À Latillé, nous ne glanons que quelques bribes de rumeurs des conversations. Fusent des noms de têtes de listes, au pluriel parce que beaucoup d'interlocuteurs en prévoient 3 à 4, chacun y allant, et c'est heureux, de sa liberté de pensée. À ce rythme, le dialogue promet d'être riche et constructif. Il serait pourtant plus sage d'attendre plutôt que de tirer déjà des plans sur la comète.

Il est un constat qui prime cependant dans le bourg et les écarts : la violence et la haine atteignent des sommets inquiétants. Si même la paix et la tranquillité des petits villages sont remises en cause c'est que les édiles "des hautes sphères" sont globalement perçus de manière négative. Toutefois, le désamour est beaucoup moins entamé entre les élus municipaux et la population que ne l'est celui entre elle et le président de la République, les ministres, les sénateurs et les députés ainsi que les représentants régionaux et départementaux. Le rôle du maire et de ses pairs est plutôt respecté car la majorité de nos interlocuteurs a conscience de la difficulté de la mission de l'un et des autres. À cet égard, le capital sympathie est assuré par la proximité, le premier magistrat étant encore perçu comme l'interlocuteur le plus à même de comprendre voire de résoudre les difficultés et les problèmes des administrés. D'ailleurs, les scrutins municipaux sont ceux qui ont la cote la plus élevée c'est dire si l'approche locale a encore une valeur humaine.

Dans 14 mois, nous aurons rendez-vous avec notre destinée latiliacoise pour 6 ans.

D'ici là, bon dimanche et à lundi si vous le voulez aussi.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 14/01/2019