Latillé Actualités

 Noel 2019

Latillé/86190/F/NAQ/PCH -  La rue Clemenceau, auréolée de son calicot illuminé et festif, débouche sur la place Robert-Gerbier où la fontaine reste dans l'ombre dès que la nuit est déjà bien avancée.

 

 

latilleactualites.com

Site gratuit d'informations générales à tendances satirique,  ironique et socratique

6 rue de la Verminette - 86190 Latillé - France/NA/PCH

05.49.51.95.57 et 06.37.20.53.81

courriel : phrivi@hotmail.com

"LATILLÉ ACTUALITÉS"

est

MEMBRE

Safe image 49

« On est responsable, non seulement de ce que l'on fait, mais de ce qu'on a laissé faire. » Anonyme

Djpzyu4xgaamzlv

 

SANTÉ

​Pharmacies de garde

DU SAMEDI 07 DECEMBRE AU SAMEDI 14 DECEMBRE 2019

AYRON Pharmacie RIVIERE 05 49 60.10.66

Logo pharmacie 2312

La citation du jour

Citation platon 52785

MOISSON NOCTURNE

 

Lundi 11 novembre 2019

 

Une nuit en plein soleils

Patrice tournesols 031019 10

 

Nous avons pris notre baptême de moissonneuse-batteuse entre Lavausseau et Latillé. Avec pour complices d'une fin de journée et le début d'une nuit : Eliette et Guy, Patrice et "Boubouche". Et la Labrador de la maison. Compte-rendu du spectacle et de ses coulisses.

Patrice tournesols 031019 8

C’ÉTAIT IL Y A un peu plus d’un mois. Le jeudi 3 octobre, exactement. Le soleil couchant projetait ses derniers rais venus de l’ouest sur le décor qui s’offrait à nos yeux. Des reflets d’or participaient tour à tour au bruit, au silence, à la vie de l’heure.

La veille, notre ami Patrice nous avait appelé. « La météo prévoit du beau temps pour demain. Je vais taper dans les tournesols. »

Le lendemain donc, nous arrivions dans la cour de la ferme où nous attendait la maman de notre camarade paysan, lequel connaît aussi bien la terre qu’il cultive, que la vie citadine. Le temps de me conter la course effrénée d’un couple de cervidés en rut, qu’elle venait juste de voir à quelques pas de là, et j’étais devenu le passager du « pick-up » compact piloté par Eliette.

Paysans de pères en fils

Ici, on est paysans de pères en fils. Depuis des générations personne n’a délaissé la charrue pour aller se faire embaucher à l’usine.Patrice tournesols 031019 32 Oui, ici, on a reçu son milieu avec son hérédité. On a la conscience, la philosophie et l’instinct paysans. On a « une sagesse de matelot toujours pris, jamais enchaîné » comme l’a écrit Victor Hugo. Nous aimons ces gens-là parce que, au fin fond des générations qui nous ont précédé, nous sommes paysans. Nous sommes de la même classe. Nous sommes issus de la même condition sociale. Au diable toutes les diatribes qu’on nous jette à la face. Le paysan y répond par une franchise qui n’appartient qu’à lui. Tout cela a façonné, au fil des siècles, son trait de caractère face aux puissances établies.

Patrice et "Boubouche" : deux copains de lycée

Après plusieurs bons hectomètres sur un chemin de terre, nous arrivons au champ convenu. C’est une immense pièce de terre offerte à tous les vents et baignée par un soleil d’automne qui voudrait se faire aussi chaud qu’en plein été. Des rangs de tournesols y sont alignés. Nous sentons bien que nous allons en prendre de la graine avec ces oléagineux n’offrant qu’une faible résistance aux moissonneuses. Patrice est avec son ami « Boubouche »,Patrice tournesols 031019 9 venu de Payré rendre la pareille à son hôte de Latillé. Les deux gars se connaissent depuis le lycée agricole de Venours. Ils s’entendent comme larrons en foire. Ils ont le sourire facile et le rire éclatant dès que l’un des deux sort un bon mot ou une histoire que seul un « gnock-gnock » peut comprendre. Et encore, lui faut-il être passé par la case « Naf-Naf », ce tendre petit cochon et ses deux frangins mis en animation par Disney. Mais ça, c’était après la moisson. A l’heure de l’apéro et de la charcutaille que n’a pas détestée la douce Labrador sable de la maison. Cette chienne est sensationnelle. Elle accourt au sifflet de son maître quasiment en moins de temps qu’il nous faut pour siffler, avec modération, un « Cardinal ». En vertu du goût de Guy, le père du drôle qui nous accueille.

Du siège du pick-up nous avons « sauté » sur celui de l’engin agricole. Et la magie opère tout de suite…

Haute technologie embarquée

Fils d’ouvrier agricole, nous n’étions pourtant jamais monté à bord d’une moissonneuse-batteuse automotrice. Ah ben colon !Le siège passager y est plus confortable que celui du conducteur de notre ZX. Dans la cabine, le tableau de bord paraît faussement rudimentaire. Bardé de haute technologie embarquée, l’habitacle climatisé pousse ses techniques modernes jusqu’à comprendre un mini frigo bien utile au pilote de la machine pour conserver au frais un encas maison et une boisson. Quand il est à la manœuvre, en pleine bourre, Patrice met rarement pied à terre. Il lui arrive même, parfois, d’être prêt à sombrer dans les bras de Morphée, bercé par la fréquence sans heurts du ronronnement du moteur de la moissonneuse. Seul au milieu de nulle-part, mais bien sur ses terres, Patrice rêve de la retraite inscrite à son logiciel. Malgré tout, il lui faut un minimum de concentration car on ne s’improvise pas conducteur d’une moiss batt du jour au lendemain.Patrice tournesols 031019 28

Alors, comme la terre a pris l’homme, l’homme tient pour quelques années encore le volant à boule et à positions réglables qui se dresse comme un échassier. Actionne quand il le faut le frein à main... au pied. La radio capte n’importe quelle station et le lecteur CD peut avaler, par exemple, les opus de « Soldat Louis », que Patrice et ses potes de bordée, fidèles parmi les fidèles, suivent au pas déchaîné du rock de Serge Danet et de ses complices du groupe. « Du rhum des femmes » , la fameuse chanson à boire qui fit la renommée des Lorientais, est un pamphlet au style mettant résolument le cap sur l’univers de la mer. Allez savoir si ce n’est pas pour cela que nous constatons avec Patrice que « la mère s’est retirée ».  Eliette a en effet repris le chemin de la ferme posée avec élégance et générosité entre Lavausseau et Latillé.

Roue à roue dans la nuit

Dans le champ, c’est un chassé-croisé entre Patrice et « Boubouche », où un roue dans roue,  tandis que Guy, un peu plus en forme que les jours précédents, a repris avec bonheur les manettes du tracteur pour l’opération déchaumage.Patrice tournesols 031019 34 1

Nous n’avons pas vu la nuit mitrailler le jour. Il faut que Patrice allume les rampes des optiques de la machine pour que le spectacle nous fasse soudain écarquiller les yeux. Bien à l’abri derrière le pare brise, nous observons la barre de coupe de 6,60 mètres engloutir les tiges des soleils fanés. La photosynthèse a fait son œuvre, il est venu le temps de la récolte. De la moisson et du battage. Les graines sont convoyées puis décortiquées et filent vers la trémie . Leurs enveloppes volent devant les phares tels des flocons de neige emportés par un vent d’hiver. Après de nombreux allers-retours, les capteurs indiquent qu’il est temps d’arrêter l’engin pour que sa goulotte déverse le contenu de la trémie dans une benne. Le lendemain, un camion d’une coopérative viendra la récupérer. C’est quand il fait jour que la noria des porteurs est la plus dense.

Paysan pour toujours

Et nous repartons pour les derniers tours de la journée. L’humidité s’est avancée au fur et à mesure que la nuit prenait possession des paysages. Patrice tournesols 031019 25Au loin, clignotent les lumières des mâts d’éoliennes dispersées jusqu’aux confins des Deux-Sèvres. Les projecteurs du stade de Latillé flashent. Les phares des moissonneuses-batteuses percent le noir environnant avec la fierté des projecteurs d’un spectacle de gala. Tels des voltigeurs accrochés à la nuit, Patrice et « Boubouche » bâchent les bennes. Puis, les deux machines repartent vers un hangar de la ferme sous lequel elles passeront la nuit. Il n’y a plus aucun bruit ambiant. Il va être une heure du matin. Il est temps d’aller dormir. Et de faire des rêves de paysan. D’un jour, mais pour toujours.

Philippe Rivière

Un très grand merci à mes cinq complices pour l'accueil qu'ils nous ont réservé. Dans l'ordre d'apparition : la chienne Labrador, Eliette et Guy, les parents de notre hôte, Patrice et "Boubouche".

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 12/11/2019