Latille maison dr roux 1

La maison d'habitation et le cabinet médical du Docteur Armand-Roux, ancien maire de la commune, accueillent désormais la mairie de Latillé.

(Photo archives "LACTU")

 

 

BIENVENUE SUR LATILLÉ ACTUALITÉS

Latille la fontaine 1

Latillé, la fontaine de la place Robert-Gerbier.

 

POUR LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

socle de la démocratie

 

Liberte expression 1

 

AVERTISSEMENT

ATTENTION, certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.

Si vous ne voulez pas voir, passez votre chemin ...

Merci de votre compréhension.

 

A VOTRE ATTENTION

Le site et surtout son manager sont toujours en repos le mercredi et le dimanche, sauf pour de l'événementiel particulier. Pour les jours fériés, c'est selon l'humeur et le courage du même manager. Quelquefois, c'est à cause d'un manque de motivation ou à cause d'une santé assez précaire. Je rigole mais la machine vieillit mine de rien.

Les contenus des pages de ce site sont à consulter en déroulé. Merci.

Sur la page d'accueil, merci de cliquer sur le titre qui apparaît souligné lorsque vous passez la souris. Vous serez directement dirigé sur ce qui vous intéresse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Votre panier est vide  Votre compte

PROCESSION

2- LES CLOUX, LA GRANGE A PASQUIER, LA BORNE AUX MOINES

Latillé Actualités du mercredi 10 décembre 2014

LATILLÉ

 

Lieux-dits

 

 

Père Michel et Père Philippe

 

PROCESSION DES CLOUX

 

À LA BORNE AUX MOINES

 

Des CLOUX à LA BORNE AUX MOINES, en passant par LA GRANGE À PASQUIER, Les Amis du bourg de Latillé et votre site préféré vous font partager leur procession historique.

Vous nous attendiez au virage, nous avons pris le tournant ! Bon, notre "procession" n'a pas été simple à conter sur "Latillé Actualités" car le site a rencontré des problèmes techniques puis des difficultés internes d'organisation.

La borne aux moines 1

Bref, nous voici, nous voilà, ! "Père" Michel et "père" Philippe sont partis sur les chemins de l'histoire locale et la découverte de la toponymie des lieux-dits de Latillé. Un travail de recherches intéressant et enrichissant, et d'excellents moments d'amitié sincère et réciproque partagés avec le président des Amis du Bourg de Latillé. Mais aussi de très belles surprises...

Histoire de faire sérieusement nos travaux, sans toutefois nous prendre au sérieux, nous avons décrété que Michel (Allery) et moi serions deux abbés. Cet aspect religieux nous a été inspiré, au final, par l'aspect plus ou moins religieux, mais plutôt plus que moins, des noms de nos lieux-dits qui ont puisé leur origine respective depuis la Gaule. Vous avez tous entendu parler de ce territoire occupé par les Romains qui le baptisèrent ainsi avant que les Carolingiens (751 jusqu'au Xsiècle) lui attribuent l'ethnonyme de Francia.

C'est dans cette même Gaule que Saint-Mamert, évêque de Vienne-en-Dauphiné, au Ve siècle, généralisa les "Rogations" ou "Petites Litanies".

Des rogations de protection

Afin de bien vous repérer dans le temps et dans le latin ecclésiastique de l'époque, sachez que "Rogations" vient du latin Rogare, Rogatio, qui signifie "demande" puis "prière accompagnée de processions". Lesdites processions consistaient à porter des croix par les champs, durant les trois jours précédant l'Ascension, "afin que de bonnes récoltes soient accordées et, antérieurement, que les céréales soient protégées de la rouille." Un champignon qui appuyait abondamment sur les végétaux jusqu'à les parasiter définitivement. Gardez bien présent à l'esprit que les "Rogations" ont été maintenues  lors de la réforme liturgique catholique de 1969 et que ce sont les conférences épiscopales qui sont chargées d'en fixer "la discipline", puisque cette fête a été remise à l'honneur par le pape Benoît XVI, qui l'a donc conservée. Suivez-vous toujours ? Si oui, père Michel et père Philippe vont vous faire faire procession des Cloux à La Borne aux Moines en passant par La Grange à Pasquier.Les cloux 4

Sans trop prendre de risques, puisque l'abbé Olivier Loth, curé de Latillé de 1932 à 1964, évoque dans les bulletins paroissiaux Notre Clocher et Le Semeur les Rogations qu'il organisait à Latillé, nous avons fait partir le défilé de l'église Saint-Cybard. Le prêtre et les fidèles, fidèlés nombreux au départ mais nettement moins nombreux à l'arrivée, tant il faisait soif notamment pour les hommes, rejoignaient Les Cloux. Les cloux 6

Les Cloux sont la forme méridionale de Le Cloux (oui oui, avec un "X) dont l'origine provient du latin Closum qui signifie "clôture". Nous pouvons donc en déduire que le nom de ce lieu-dit, en ancien Français closure, fut croisé avec Closum, Claustra, constituant l'usage de fermeture pouvant se rapporter à une enceinte de murs, de haies ou encore de barrières. Toujours est-il que ce n'est pas aux Cloux que se terminait la procession. Bien au contraire, au XVIIe siècle, elle partait d'ici. D'ici à La Croix Chaptelet, aujourd'hui La Grange à Pasquier.

Chapeau La Croix Chappellet

La Croix Chaptelet peut-elle approcher le caractère religieux de sa toponymie ? En 1620, dans les liasses de documents départementaux sur lesquelles nous nous appuyons, nous la retrouvons sous le nom de La Grange à La Croix Chappellet. Alors là, père Michel et père Philippe sèchent. Pourquoi chappellet et pourquoi cette orthographe. Nous sommes partis sur la piste chapelle, puis récitation du chapelet, mais rien ne nous permet de dire qu'il y a un lien. En revanche, nous avons le sentiment de nous être rapprochés de la vérité en égrenant l'orthographe chapelet. On connaît l'objet de dévotion. Cependant, on oublie trop souvent que ce mot est dérivé de chapeau (père Philippe est bien placé pour en parler, père Michel un peu moins puisqu'il coiffe une casquette -éclats de rires ! ) dont la forme ancienne était chapel. Vers 1200, chapel désigne une coiffe, une couronne de fleurs, et devient très vite un terme à usage religieux par analogie aux têtes des statues mariales, qui étaient ornées de telles couronnes (rosarium a fourni rosaire signifiant guirlande de roses). Or, d'un point de vue étymologique, on donne à chapelet  les synonymes de suite, série, défilé. Et suite et défilé, plus précisément, sont des vocables qui nous ramènent à procession. Tout semble se tenir, mais rien ne peut être affirmé.

La grange a pasquier 1 3L'autre mystère est de savoir et comprendre comment l'on est passé de La Grange à La Croix Chappellet à La Grange à Pasquier. Nous avançons prudemment l'idée que Pasquier est un patronyme, et que la famille possédait une grange, sans corps de ferme, qui abritait les céréales avant les battages. Mais, rien n'est moins sûr. Au stade de nos recherches, cela reste donc une hypothèse.

Un lieu borné

La procession de père Michel et père Philippe va ensuite se déplacer à La Borne aux Moines. Là, les deux pseudo abbés vont avoir de belles surprises. Les liasses datant de 1645, dont nous disposons, nous indiquent tout d'abord ce lieu-dit, de 1621 à 1696, sous la forme de BONNE AUX MOYNES (vous avez bien lu "Bonne") . LA BONNE AUX MOYNES appartient à l'Abbaye du Pin (Béruges). Le mot BONNE est-il lié au code de valeurs morales tiré de la vieille littérature hébraïque l'opposant à méchante ? S'agit-il d'un sobriquet La borne aux moinesgrotesque que les moines attribuaient aux femmes pouvant être à leur service ? Est-ce plutôt un objet qui représente Dieu, appelé BONDIEU(X) (qui donna par la suite "BonDieuseries" pour évoquer de manière péjorative actes et objets utilisés par dévotation à Dieu) dont la figure de style devint BONNE par métonymie ? Y-a-t-il un rapport entre BONNE et chair indiquant qu'en ce lieu la table était copieusement garnie ?

Autant de questions qui nous ont laissés perplexes, Michel et moi.

C'est en brassant et rebrassant nos ressources que nous sommes tombés sur ce qui est le plus plausible. BONNE vient du latin BONA qui signifie fondation, village, passage. En ces lieux, y-a-t-il eu comme une sorte de dépendance du monachisme chrétien placée sous l'autorité des moines du Pin ?La borne aux moines 5 Malgré tout, nous avons trouvé trace d'une borne (grosse pierre) qui fut "déracinée" à la croisée de champs, par un scieur installé à La Giborlière, entre 1920 et 1940, au lieu-dit La Borne aux Moines.

Ce qui fut LA BONNE AUX MOINES devint LA BORNE AUX MOINES après la révolution, vraisemblablement suite à une erreur de retranscription qui  transforma le premier "N" en "R".

Ainsi s'achève la procession de père Michel et père Philippe qui poursuivent leur périple de lieux-dits en hameaux, et qui sont particulièrement heureux de vous faire partager leurs recherches historiques et leurs supputations.

Philippe Rivière

 

Ressources extérieures : REDET, DAUZAC et ROSTAING, MENON, LECOTTÉ

 

 

 

Commentaires (1)

Florence
  • 1. Florence | 11/12/2014
Toutes mes félicitations mes pères, continuez à nous abreuver de vos récits sur l'histoire passionnante de notre commune. Beau travail et belle plume. Encore merci

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/12/2014