Latillé Actualités

Site gratuit d'informations générales à tendance satirique,  ironique et socratique

6 rue de la Verminette - 86190 Latillé - France

05.49.51.95.57 et 06.37.20.53.81

courriel : phrivi@hotmail.com

Article9

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L'HOMME

10expression

 

BILLET DU 08 01 2019

Mardi 8 janvier 2019

 

NON À LA VIOLENCE. Tout à l'heure, j'ai mis en ligne une pétition sur change.org pour dire "non à la violence". Les images que nous voyons défiler en boucle sur nos écrans de télévision sont insoutenables. Idem pour les photos qui s'étalent dans la presse écrite. Pareil pour les reportages diffusés sur les radios.

Comme beaucoup d'entre nous, certainement une majorité silencieuse et passive, je soutiens à fond le mouvement des "Gilets Jaunes" dont une multitude est pacifique. Mais, comme beaucoup aussi, la même majorité condamne la violence employée par une minorité.

Qu'elle vienne des manifestants ou qu'elle soit exercée par les forces de l'ordre, la violence est inadmissible. La violence n'a jamais rien réglé et elle ne réglera jamais rien. Casser et détruire les biens d'autrui, s'attaquer aux symboles de la République sont d'une bassesse à vomir. Utiliser des armes par destination pour se faire entendre n'a jamais été de nature à faire écouter l'essentiel des revendications. Bombarder de lacrymogènes des manifestants, tirer sur eux des balles de défense non létales mais dont les impacts peuvent être invalidants, ne sont pas de nature à calmer les esprits. Comment expliquer cela à des personnes qui sont là pour porter de réelles revendications d'un côté, et pour faire du maintien de l'ordre de l'autre. Les deux camps sont face à face. Les Français se tapent sur la gueule entre eux.

Les auteurs de la violence sont des personnes qui ne savent pas gérer leurs émotions. Toutes, ou presque, regrettent leurs gestes après coup. S'excusent. Une fois que le mal est fait. Ce qui est surprenant c'est que ces personnes-là savent que, dans notre monde actuel, les caméras de vidéosurveillance et les téléphones portables filment et enregistrent tout. Même à Latillé, un dimanche matin de décembre 2018, à l'entrée du marché couvert, lorsqu'un individu en menace gravement un autre. La scène est tournée en direct à l'insu de l'un et de l'autre. Consignée sur une carte mémoire. L'image et le son en "même temps". Tant pis pour le premier et tant mieux pour le second.

Il faut dire non à la violence sous toutes ses formes : verbale, physique, psychologique. Ce sont les faibles qui se servent de la violence. À Paris, à Bordeaux, à Toulouse, à Marseille, à Caen, à Angoulême, à Poitiers et à Latillé, des personnes veulent en contraindre d'autres pour obtenir un consentement. C'est pitoyable.

Qu'elle soit directe ou indirecte la violence produit des hécatombes. Les violents de tout poil pensent qu'enfin tout va changer. Que tout va s'arranger. Continuons à plagier Tonton Georges -Georges Brassens- avec ce couplet de "Mourir pour des idées" en guise de conclusion.

" Ô vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres 
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas 
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres! 
La vie est à peu près leur seul luxe ici bas 
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante 
Elle n'a pas besoin qu'on lui tienne la faux 
Plus de danse macabre autour des échafauds! "

NON À LA VIOLENCE.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 10/01/2019