BIENVENUE SUR LATILLÉ ACTUALITÉS

Latille rue dr roux et av 8 mai 3 3

Latillé (F86-Vienne/Nouvelle-Aquitaine), la rue du Docteur Armand-Roux.

Calendrier 2018 avec jours feries
 

 

POUR LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

socle de la démocratie

 

Liberte expression 1

 

AVERTISSEMENT

ATTENTION, certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.

Si vous ne voulez pas voir, passez votre chemin ...

Merci de votre compréhension.

 

A VOTRE ATTENTION

Le site ne fait aucune mise à jour les samedis, dimanches et jours fériés, sauf pour de l'événementiel particulier. 

Les contenus des pages de ce site sont à consulter en déroulé. Merci.

Sur la page d'accueil, merci de cliquer sur le titre qui apparaît souligné lorsque vous passez la souris. Vous serez directement dirigé sur ce qui vous intéresse.

 

 

 

Lion blanc

Photo Google.fr

 

 

“Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton.”

Proverbe italien 

 

 

 

 

 

MORT DU COMMERCE

Commerçant : un métier ! Consommateur : un portefeuille

 

Mercredi 25 juillet 2018

Après avoir été une place forte de l'économie locale le commerce de proximité est en train de mourir à Latillé. À qui la faute ? À tout le monde. Le commerçant ne doit pas perdre de vue qu'il exerce un métier à part entière. Le consommateur a toujours un œil rivé sur son portefeuille surtout dans une commune où le salaire moyen par foyer est assez bas. Les commissions ad hoc qui, au début des années 1970, ont donné leur accord pour la création des grandes surfaces commerciales, ont porté un coup fatal au commerce rural. Celui-ci ne peut pas lutter. Il se meurt lentement.

 

LATILLÉ. Les cloches de l'église Saint-Cybard sonnent encore. Jusqu'à ce qu'un couillon vienne se plaindre parce qu'elles font du bruit. Il y a encore une messe par mois, quelques mariages, baptêmes, quelques enterrements. Il n'y a plus de curé. Le presbytère a été vendu. Des maisons sont vétustes et sans occupant. 

La population continue pourtant sa croissance. Nous sommes plus de 1 500 habitants. Place Robert-Gerbier, les commerçants ont baissé le rideau de leur magasin les uns après les autres. Les artisans ont fermé leur atelier au même rythme. Il y a 50 ans notre Latillé pouvait vivre en autarcie. On recensait des boulangers, des pâtissiers, des charcutiers, des bouchers, des grainetiers, des quincailliers, un bourrelier, des cordonniers, des chausseurs, un coutelier, des boutiques de tissus, de vêtements, de vaisselle, un droguiste, des garagistes, un pompiste, etc. Chacun vendait ce pourquoi il avait ouvert boutique... (Lire "la place économique de Latillé" sur le site http://www.lesamisdubourgdelatille.fr)

Dépannage

Aujourd'hui, les vieux meurent, les jeunes sont sans boulot ou bien ils sont partis à la ville, les entre-deux-âges pointent à Pôle Emploi, les actifs travaillent ailleurs et rentrent le soir avec tout ce qu'il faut pour la maisonnée. Sans passer par la case "petit commerçant". Ou alors ils le visitent quand ils s'aperçoivent, tout à coup, qu'il n'y a plus de gaz, qu'ils ont besoin d'une tranche de jambon blanc, d'une demi-livre de beurre, du journal ou d'un briquet. Du dépannage à dire vrai ! Qui n'a jamais agi ainsi, vous, moi et les autres ?... Latille place rg 4

Le village est devenu un village dortoir. Il reste des agriculteurs dont quelque imbécile de service viendra bien un jour crier haro sur les mauvaises odeurs de fumier qui collent à leurs bottes et se plaindre de la boue que laissent les roues des tracteurs sur la chaussée. À Latillé comme partout en milieu rural on veut les avantages de la campagne mais on ne supporte plus les inconvénients. Le chant du coq n'a pas de beaux jours devant lui.

Quand Latillé a connu ses heures de gloire celles-ci étaient tirées par les marchés du lundi et les foires. On dénombrait 22 bistrots. Récemment, le dernier survivant en service, "Le Bar de la Place" a rendu l'âme et déposé les armes après avoir tenu 2 ans. Seulement 2 ans ! " Il ne faut surtout pas que le futur commerçant ne réfléchisse qu'en terme d’indépendance " prévient la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de la Vienne. 

" Certes il sera son propre patron. Avant cela, avant de se réjouir des possibiltés de 'liberté', avant d'ouvrir son commerce il faut qu'il fasse exécuter une étude de marché très sérieuse, qu'il négocie avec son bailleur s'il doit louer pour exercer son activité, qu'il prenne contact avec la mairie, qu'il porte une attention aux places de parking disponibles à proximité de son futur commerce, à la signalétique, à la convivialité des lieux et à leur futur aménagement " recommande le conseiller. 

" Je ne connais pas particulièrement le cas du bar de Latillé mais il est évident que ce type d'activité commerciale de proximité ne peut plus faire vivre un couple actuellement. Il faut nécessairement que l'un des deux ait une activité salariée sinon c'est voué à l'échec"  analyse encore le représentant de la CCI.

 " Et puisadmet-il, il faut aussi et surtout que les commerçants aient la bosse du... commerce. Vous savez, on ne s'improvise pas commerçant à la légère, comme ça, du jour au lendemain. Être commerçant, c'est un métier à part entière. Il faut que le futur commerçant raisonne en terme de chiffre d'affaire, de potentialité, bien évidemment. Mais aussi et surtout qu'il ait conscience que la clientèle fréquentera son établissement pour le plaisir. Il faut un contact agréable parce que le rôle social du commerçant est primordial. On lui raconte ses joies, ses peines, ses plaintes, ses craintes, on lui demande conseil et on blague. Et le commerçant doit toujours avoir le sourire et le sens de l'accueil parce qu'il entre complétement dans le champ des relations sociales dans un centre-bourg.  Le client a toujours été et sera toujours ROI. Lui seul connaît l'épaisseur de son portefeuille et sait apprécier la qualité du service rendu. "

Analyser ainsi les effets, c'est bien, mais ne faut-il pas également chercher les causes ? En un demi-siècle, le monde a bien changé. Les modes de vie aussi avec, notamment, toujours plus de mobilité chez la population. Il y a aussi les différentes crises internationales qui sont à prendre en compte, en particulier la crise pétrolière de 1973-1974 qui a insidieusement accéléré la politique du fait accompli. Et puis, il y a eu le fameux passage à l'euro et la disparition du franc. Nous avons du nous faire couillonner grave !

Des commissions stériles

L'Europe était là, Bruxelles nous a asphyxiés, mais pas que nous. Le nouvel ordre mondial et ses réformes sont passés par là, les collectivités territoriales ont été contraintes de se regrouper en intercommunalités pour mieux, au final, être étouffées. L'aménagement des territoires a subi un cataclysme : les lignes SNCF ont fermé, les perceptions ont disparu, les postes ont condamné leurs guichets, les gendarmeries sont elles aussi regroupées, etc. Tout cela, au nom de la RENTABILITÉ. Sentant le vent tourner, les décideurs du haut de la pyramide ont créé des commissions, des groupes de travail, et ils ont émis des rapports. Lancé des réunions publiques. Il n'y a pas mieux que cela pour que les problèmes soient éludés à grands coups de prêchi-prêcha qui ne font pas avancer d'un pouce le fameux "Smilblick" de Pierre Dac, Guy Lux et Coluche.Latille place rg 2

Déjà, en 1949, Edouard Leclerc "inventa" le discompte. Il acheta en masse et il fut suivi par d'autres dans son raisonnement en forme de devise. « Acheter moins cher, pour revendre moins cher ». A la mi-juin de 1963, l'enseigne "Carrefour" ouvrit le premier hypermarché en France, dans l'Essonne. La mort du petit commerce était annoncée. Les décideurs politiques et autres ne voulurent  pas en prendre conscience. Ils affichèrent un satisfecit sur la création d'emplois, sur le panier qui reviendrait moins cher à la pauvre ménagère. Le traditionnel gouffre entre les paroles et les actes sembla faire recette après les événements de mai 1968.

Plus tard, les grandes surfaces se multiplieront dans les grandes villes. Puis sortiront de terre dans les gros bourgs voisins. Chez nous, dans les territoires semblables à celui de Latillé, les grandes enseignes lanceront leurs petites succursales de proximité. La bonne conscience est sauve, on peut inaugurer !

Et devant les décisions des commissions ad hoc chacun est prié de garder le petit doigt sur la couture du pantalon. Pourtant, au début des années 1970, certains ont déjà compris que le mal allait faire encore plus mal. Que le commerce de proximité, dans nos campagnes, ne pourrait pas lutter bien longtemps. Et que le reste suivrait. Mais non, ne vous inquiétez pas, lançaient les décideurs fiers de leur écharpe tricolore. Tout cela n'aura pas d'impact sur les commerces de nos bourgs ni sur nos administrations et nos services publics. Tu parles, mon Général ! 

Une logique financière mais pas une logique humaine

Latillé n'a pas échappé au démantèlement programmé du milieu rural. La démocratie participative n'existait pas. Les édiles ne pensaient qu'à l'augmentation du nombre d'habitants, qui a malgré tout permis de sauver les écoles, en proposant des parcelles dédiées à la construction. Les lotissements ont fleuri. Partout, on a excentré à tout va, à la ville, à la campagne. Les centres villes comme les centres bourgs ont été, petit à petit, vidé de leur substance. Sont restés les plus anciens qui, pas plus bêtes que la moyenne, et en qui les petits commerçants croyaient pourtant, ont vite compris que grâce à un regroupement avec des amis ils pourraient aller faire leurs courses en grande surface ou, à tout le moins, se les faire apporter. " Parce que c'est moins cher ". Eh oui ! tout le monde regarde son porte-monnaie.

Et je ne vous parle même pas de l'e-commerce, de la télé-médicalisation ! Que du bonheur à venir !...Latille place rg 1

Aujourd'hui, selon une étude de L'INSEE, mise à jour le 2 juillet dernier par le site ville-data.com - Data.gouv.fr  recommandé par la Préfecture de la Vienne, chacun peut prendre connaissance de la répartition et du classement des catégories socio-professionnelles en pourcentage (voir ci-dessous) et des classes sociales à Latillé. 

Vous remarquerez qu'avec 234 ménages de retraités (38,7% des 630 ménages) cette catégorie sociale, qui se place en tête, " donne une vision globale simple du dynamisme de la commune ". Toujours dans notre jolie commune le salaire moyen par ménage s'élève à 1 655 € mensuels par foyer. Pas par habitant. Mais nous avons tout de même 126 ménages de la classe "bourgeoisie" ( entre (54 000 € et 77 948 € par an) et  63 ménages de " la classe privilégiée " (plus de 77 948 € par an). Contre 63 ménages de la " classe défavorisée " (moins de 17 049 € par an), 189 ménages de la  classe ouvrière " (moins de 35 951 € par an) , et 252 ménages de la " classe moyenne " (entre 35 951 € et 54 697€ par an). Soit un salaire moyen par foyer et par an, selon http://www.lejustesalaire.com  de 1 655€ (327 € d'impôt moyen et 40% de foyers imposables).

La logique financière ne prendrait-elle pas le pas sur la logique humaine ? Pourvu que les cloches de l'église de Latillé ne sonnent jamais le glas du monde rural et celui des commerces de proximité... 

Philippe Rivière

 

Évolution de la population 

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
980 1 056 1 064 1 169 1 181 1 254 1 249 1 350 1 400
 
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 069 972 1 013 1 239 1 305 1 355 1 417 1 425 1 515
 
2015 - - - - - - - -
1 483 - - - - - - - -

Nombre de ménages par catégorie sociale pour la ville de Latillé

Le nombre de ménages par catégorie sociale est défini par l'activité de la personne de référence dans un ménage. En ce qui concerne la ville de Latillé le nombre total de ménages selon les dernières données statistiques était de 604, ce nombre pour la ville de Latillé s'entend par ménage et non par personne. Sur ces 604 ménages, les catégories sociales se repartissent ainsi :

  • Agriculteurs : 36 (ménages).

  • Cadres supérieurs : 36 (ménages).

  • Commerçants, artisans et chefs d'entreprises : 24 (ménages).

  • Professions intermédiaires, employés entre les cadres et les agents d'exécution les ouvriers ou les employés, ainsi que ceux travaillant dans l'enseignement, la santé et le travail social. Parmi eux les instituteurs, les infirmières, les assistantes sociales : 81(ménages).

  • Employés : 48 (ménages).

  • Ouvriers : 117 (ménages).

  • Retraités : 234 (ménages).

  • Autres : 28 (ménages).

Répartition et classement des catégories socio professionnelles dans la ville de Latillé en pourcentage.

Les rapports de force et les pourcentages de représentation d'une catégorie sociale par rapport à l'ensemble des ménages donnent une vision globale simple du dynamisme économique d'une ville, d'un département ou d'une région.

  • La catégorie sociale la plus importante dans la ville de Latillé est celle des Retraités avec 38,7 pourcent des ménages.

  • En 2 la catégorie sociale des Ouvriers avec 19,4 pourcent des ménages dans la ville de Latillé

  • En 3 la catégorie sociale des Professions intermédiaires avec 13,4 pourcent des ménages dans la ville de Latillé

  • En 4 la catégorie sociale des Employés avec 7,9 pourcent des ménages dans la ville de Latillé

  • En 5 la catégorie sociale des Agriculteurs avec 6,0 pourcent des ménages dans la ville de Latillé

  • En 6 la catégorie sociale des Cadres Supérieurs avec 6,0 pourcent des ménages dans la ville de Latillé

  • En 7 la catégorie sociale des Autres avec 4,6 pourcent des ménages dans la ville de Latillé

  • En 8 la catégorie sociale des Commerçants, Artisans et chefs d'entreprises avec 4,0 pourcent des ménages dans la ville de Latillé

 

 

Population par grandes tranches d'âges

 

  2015 % 2010 %
Ensemble 1 483 100,0 1 480 100,0
0 à 14 ans 270 18,2 294 19,9
15 à 29 ans 196 13,2 194 13,1
30 à 44 ans 256 17,2 281 19,0
45 à 59 ans 312 21,1 295 19,9
60 à 74 ans 258 17,4 208 14,0
75 ans ou plus 191 12,9 208 14,1

 

 Population de 15 à 64 ans par type d'activité

 
  2015 2010
Ensemble 878 869
Actifs en % 76,4 76,9
 Actifs ayant un emploi en % 67,8 69,3
 Chômeurs en % 8,6 7,6
Inactifs en % 23,6 23,1
 Élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés en % 7,2 6,1
 Retraités ou préretraités en % 10,0 9,7
 Autres inactifs en % 6,4 7,3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/07/2018